Après une longue période de grande sécheresse, Madagascar a subi en janvier un cyclone violent avec des pluies intenses qui ont ravagé le pays. Une fois de plus les ponts ont été détruits sur la route d’Ambatofi. Les rizières et les jardins proches des rivières sont inondés, les familles vont souffrir de la faim. On peut toujours incriminer l’incurie des dirigeants et regretter une forme d’indolence des malgaches, mais il est facile de comprendre que les dégâts dus aux aléas climatiques découragent les plus volontaires. Madeleine en charge des jardins précise « les femmes se sont remises à cultiver le jardin avec courage, elles savent que nous sommes à leur côté». Les pays pauvres soumis aux aléas climatiques de plus en plus fréquents sont incapables d’aider leur population. Les orientations fixées par AIDER pour soutenir les familles de paysans demeurent plus que jamais d’actualité. Nous gardons le cap et poursuivrons avec vous notre action à Madagascar. Emile Bourdin