Un contexte de plus en plus difficile

Un contexte de plus en plus difficile

Le retard de plus d’un mois de la saison des pluies met en péril les productions vivrières. Sans eau pour l’arrosage les conséquences seront redoutables avec une pénurie prévisible de riz qui peut entraîner la famine.
Plus que jamais les programmes « jardins potagers », et « plantations pour huiles essentielles » sont des réponses appropriées aux problèmes de la faim et de la pauvreté, auxquels sont confrontées les familles de paysans des villages de brousse.

En 2017 AIDER va poursuivre tous ses programmes en cours pour répondre aux besoins des plus pauvres dans toute la région Amoron’i Mania dont :

  • Les jardins familiaux qui répondent aux besoins des familles, avec 100 nouveaux jardins en 2017 (perspective 1000 jardins).
  • L’équipement d’ateliers couture, électricité agriculture, menuiserie pour la formation technologique dans 3 collèges Tananarive Fandrine et Ambatofinandrahana.
  • L’aménagement de la ferme pour intensifier les productions de semences et de plants.
  • La distillation d’huiles essentielles sera diversifiée avec un impératif de qualité.

En 2017 nous continuerons d’agir avec les acteurs locaux pour mieux les aider.

Soutenir l’agriculture familiale est le meilleur moyen de lutter contre la faim

Lire plus
MERCI

MERCI

Suite aux défaillances du réseau d’eau de la ferme de Belante  les plantations  étaient menacées, mettant en difficulté les 300 paysans qui en dépendent. Il était urgent de trouver une solution pour éviter le découragement des familles de paysans de toute une région. Notre       appel exceptionnel par Crowd Funding  a été entendu. Nous avons obtenu 10 000 €  de dons soit en direct ou par la plateforme Hello Asso. Merci

La ferme expérimentale de 120 Ha est  au cœur du dispositif d’aide aux  paysans  car elle permet de :

  • produire  des plants et semences pour le programme jardins et plantations.
  • expérimenter de nouvelles essences de plants pour diversifier la production.
  • former les paysans aux méthodes de production.
  • distiller les plants produits par les paysans pour  huiles essentielles.

La ferme fournit aux paysans les  plants et semences, achète leurs productions de plants pour distillation. Ce qui leur permet d’obtenir des ressources financières pour la famille.

L’aventure continue avec votre soutien.

Emile Bourdin, Président de l’Association

Un forage nécessaire pour les productions de la ferme

Un forage nécessaire pour les productions de la ferme

Plan de la ferme expérimentale de 120 ha

A l’origine le Message de  détresse de Sr Esther :

« Nous n’avons pas d’eau pour l’arrosage des plantations  de géranium, la distillation d’huile est compromise. Nous avons formé les paysans,  ils vont récolter  des tagettes, des feuilles de camphriers; nous nous sommes engagés à  les acheter .Si nous ne sommes plus en mesure de les aider les paysans n’auront plus confiance en nous ».  

Il faut  de l’eau surtout, en période sèche,  pour produire les semences, les plants de caféiers et  pour les huiles essentielles  (géraniums, tagettes, helicriss, basilics)  mais il faut aussi de l‘eau pour la distillation.

La période de pluie, est de plus en plus tardive, cette année début février au lieu de décembre habituellement.

Depuis la création de la ferme plusieurs dizaines  de paysans se sont installées autour du terrain ;  ils comptent sur nous.

Le pas des mendiants fera trembler la terre – Georges Bernanos

Lire plus
Témoignage de Michel RAULT

Témoignage de Michel RAULT

Arrivé le 24 novembre 2015 à Antananarivo, j’étais chargé d’une mission en informatique auprès d’établissements scolaires à Antananarivo, Fandriana , Ambatofinandrahana, Nosy-Varika et Fianarantsoa :

  • conseil auprès des enseignants en informatique et contact avec les chefs d’établissements,
  • dépannage et installation d’ordinateurs,
  • étude d’un projet pour la formation des jeunes enseignants et religieuses.

J’ai partagé la vie des communautés des frères de Saint-Gabriel et des sœurs Jeanne-Delanoue pendant 3 semaines.

Chez les frères

Au collège d’Antsobolo (Tana), j’ai rencontré le professeur d’informatique et travaillé avec lui à la restauration de quelques ordinateurs. Il gère bien sa salle malgré un parc très vétuste et insuffisant vu le nombre d’élèves.

Au lycée de Fandriana, avec la professeur d’informatique, nous avons installé et configuré des ordinateurs récupérés dans des collèges de Bretagne en remplacement d’anciens PC obsolètes. La salle compte maintenant 27 unités homogènes. Toutes les classes de la sixième à la terminale suivent avec beaucoup de plaisir des cours de bureautique.

Chez les sœurs

Le 3 décembre, j’ai commencé par le collège d’Ambatofinanadrahana. Pendant 3 jours, avec sœur Joséphine et sœur Emma, nous avons installé et configuré une douzaine d ‘ordinateurs envoyés par l’association et vérifié les 20 autres unités. L’alimentation en électricité nous a souvent fait défaut, il a bien fallu s’adapter !

Avant mon départ, sœur Marie-Lucienne, nouvelle directrice du collège de Nosy-Varika, avait beaucoup insisté pour que je me rende dans son établissement. Elle était désespérée, plus rien ne fonctionnait.

Le problème pour moi tenait surtout dans l’éloignement de cette école. Il faut 2 jours pour se rendre sur place. J’ai dû faire un choix et remettre à plus tard mon déplacement au noviciat de Fianarantsoa.

Nosy-Varika se situe sur la côte Est de Madagascar, coincée sur un cordon littoral entre la mer et le canal des Pangalanes. C’est une zone reculée car l’ancienne piste de latérite est devenue impraticable. Le seul accès est par bateau en remontant le canal A cause de l’éloignement et le manque de communication, l’activité économique est inexistante. En passant devant les villages, on ne peut manquer de remarquer l’ampleur de la pauvreté : habitants désœuvrés réduits à regarder les pirogues passer, habitations délabrées, abords du canal pollués par les détritus et sacs plastiques, pas d’adduction d’eau ni d’assainissement (l’eau trouble du canal sert pour l’alimentation)… La nourriture est composée exclusivement de riz et de petits poissons d’eau douce.

Avec sœur Emma et sœur Joséphine, nous avons consacré ma dernière semaine de mission pour cette tâche.

Départ tôt lundi matin d’Ambato pour arriver, après 13 heurs de taxi-brousse, à la communauté de Manajary où les sœurs nous attendaient éclairées à la bougie, le courant étant coupé depuis 3 jours.

Puis le mardi, embarquement dans la pirogue pour Nosy-Varika où nous arrivons après 11 heures de bateau-brousse inconfortable où s’entassent pêle-mêle passagers, marchandises, volailles, vélos, motos, bidons de carburant…

Soeur Marie-Lucienne nous attendait sur la berge et nous a accueillis chaleureusement.

Les mercredi et jeudi, nous nous sommes mis à la tâche. Comme souvent dans les villages isolés de Madagascar, la compagnie électrique ne fournit de l’énergie que l’après-midi (pas forcément au moment où il y en le plus besoin). Heureusement, Sœur Marie-Lucienne s’est démenée pour me trouver un groupe électrogène.

Hélas, grosse déception en arrivant dans la salle informatique : la tension du secteur étant très irrégulière, 3 alimentations étaient grillées, panne également sur des cartes-mères et des disques durs. Jai réussi à réinstaller 7 ordinateurs car je n’avais pas assez de pièces de rechange pour faire plus et il ne faut pas espérer pouvoir en trouver sur place. J’aurais tant souhaité mieux réussir, mais ici tout est compliqué, vous n’avez rien à moins de 2 jours de déplacements.

Le retour s’est déroulé comme l’aller, 2 jours aussi fatigants.

Un pays d’une pauvreté croissante

C’était ma quatrième mission à Madagascar. Je connaissais la pauvreté du pays et notamment celle des régions où j’avais l’habitude de me rendre. Mais sur la côte est, je ne m’attendais pas à une telle ampleur.

L’isolement de la population, l’absence de voie de communication, la carence et la corruption des pouvoirs publics, le désœuvrement d’une population jeune, explique sans doute cet état de fait.

Malgré tout, il y a des raisons d’espérer

Les communautés religieuses que j’ai visitées font un travail remarquable aussi bien auprès des populations environnantes que dans le domaine de l’éducation.

Leur action dans l’enseignement de l’informatique ouvre des perspectives d’avenir aux jeunes.

Sans cet engagement, ces élèves issus de villages de brousse sans électricité, qui n’hésitent pas à parcourir des longues distances pour se rendre à l’école, n’auraient jamais accès aux nouvelles technologies.