La lettre de novembre 2018 Exemplaire

Le film « Tout devient richesse » présente notre action

Les cris de détresse entendus lors des manifestations récentes traduisent un sentiment d’abandon. C’est la place de l’homme dans la société qui est posée avec ses besoins relationnels, spirituels et d’abord de subsistance. A l’opposé du territoire français, à Madagascar on peut constater la même situation, mais en pire avec des territoires entiers abandonnés dans un contexte de corruption massive, de pauvreté grandissante (le pays se situe au 4ème rang des pays les plus pauvres). Dans ces deux situations citées, pour répondre aux appels au secours il faut un sursaut tout simplement d’humanité en créant des structures, des lieux de coopération et des circuits de solidarité. La collapsologie regroupe des études systémiques sur les risques de toute nature : social, écologique, financier, démographique. La perspective de catastrophes prévisibles nous menace tous, pourtant les élites semblent atteintes du syndrome du Titanic. Pour retrouver un horizon du possible et répondre à l’émergence de risques de grande ampleur, il faut plus qu’un élan mais une lame de fond de solidarité et de générosité. Le don et le don de soi sont indispensables pour affronter collectivement une période placée sous le signe de l’instabilité. Chers Donateurs, vous nous faites confiance et vous nous apportez votre soutien avec fidélité. Emile Bourdin

Le rôle des experts bénévoles AIDER est déterminant pour le suivi des projets mis en œuvre à Madagascar. Compétents et disponibles, ils interviennent sur site auprès des acteurs locaux chaque fois que besoin. Ils partagent leurs savoir-faire, leur expérience en apportant aide et formation aux malgaches, la plupart ont effectué plusieurs missions de 3 semaines minimum.

La force du bénévolat est un atout pour assurer le suivi des 12 projets réalisés par AIDER.

En 15 ans 50 bénévoles ont effectué 143 missions de 3 semaines à 8 mois

Lire plus

Deux jours de fête pour la création du 1 000e jardin

Lire plus

Cyclone, inondation, sécheresse…

Lire plus

Le bien que tu fais restera ton trésor – Proverbe malgache

Lire plus
Un contexte de plus en plus difficile

Un contexte de plus en plus difficile

Le retard de plus d’un mois de la saison des pluies met en péril les productions vivrières. Sans eau pour l’arrosage les conséquences seront redoutables avec une pénurie prévisible de riz qui peut entraîner la famine.
Plus que jamais les programmes « jardins potagers », et « plantations pour huiles essentielles » sont des réponses appropriées aux problèmes de la faim et de la pauvreté, auxquels sont confrontées les familles de paysans des villages de brousse.

En 2017 AIDER va poursuivre tous ses programmes en cours pour répondre aux besoins des plus pauvres dans toute la région Amoron’i Mania dont :

  • Les jardins familiaux qui répondent aux besoins des familles, avec 100 nouveaux jardins en 2017 (perspective 1000 jardins).
  • L’équipement d’ateliers couture, électricité agriculture, menuiserie pour la formation technologique dans 3 collèges Tananarive Fandrine et Ambatofinandrahana.
  • L’aménagement de la ferme pour intensifier les productions de semences et de plants.
  • La distillation d’huiles essentielles sera diversifiée avec un impératif de qualité.

En 2017 nous continuerons d’agir avec les acteurs locaux pour mieux les aider.